Rassemblez-vous en mon nom, Maya Angelou ( Notabilia) – Fanny

Voici un livre de cœur et d’esprit, un livre de femme puissante. Suite au « Je sais pourquoi l’oiseau chante en cage » (« I Know why the Caged Bird Sings »), Maya Angelou trace sa route et nous entraîne avec énergie.

Si tu as besoin de découvrir, de te reconstituer, de te sentir épaulé(e), de vaincre des peurs ou juste de te faire du bien, lis Maya Angelou. Celle qui fut poétesse, écrivaine, actrice, militante des droits civiques, enseignante, bref, une figure emblématique de la vie politique et artistique américaine, t’entraîne dans son chemin fait d’embûches, d’égarement, de révélation, d’obstination et de vérités qui parfois écorchent.

La vie n’est pas un long fleuve tranquille, cela merci on le sait, mais lire du Maya Angelou c’est un peu comme remettre du vent dans les voiles car elle est, selon les bons mots de Christiane Taubira, « un feu d’invincible joie qui anéantit l’adversité. » Cette rage de vivre est palpable tout au long de ce récit d’amoureuse de la vie.

En 1951, Maya épouse Tosh Angelos, un électricien et aspirant musicien grec, malgré la désapprobation de sa mère et le fait que les mariages mixtes sont très mal vus. Elle gardera en souvenir le nom d' »Angelou » et un fils, Guy. Maya assume, elle ne rétrograde jamais, avance, chute, se relève.

Rassemblez vous en mon nom est une texte du Soi qui essuie les revers de la vie et laisse éclater le rire de son auteure.« Self-made woman », Maya te parle avec franchise de ses résistances, de ses rêves, de son manque de maturité, de son rôle de jeune mère coexistant avec son envie de trouver sa place en ce monde, de sa colère, de ses trébuchements, de son rôle de cuisinière, d’entremetteuse tarifée, de danseuse trouvant la joie sur scène, de femme trop amoureuse d’un « papa » maquereau et mille autres vies.

Maya Angelou ne s’excuse de rien, elle te dit sa vie et ses choix, te parle à l’âme, avec la détermination, rare pour son jeune âge, d’une guerrière qui entre en résilience comme elle entre dans son habit de lumière.

Alors je me suis baladée en sa compagnie, avec ses mots choisis, véritablement délicieux, et pour cela je remercie avec chaleur Christiane Besse, la traductrice nécessaire. Oui, c’est cela ce livre, une balade bras dessus bras dessous avec une femme admirablement attachante, curieuse, fonceuse, ivre de liberté. Car on le sait, l’époque pour les femmes, femmes noires d’autant plus, n’était pas, excusez l’image, une sinécure. Celle qui s’engagea auprès de Malcom X et Martin Luther King, éleva sa voix pour dire le racisme, l’intolérance, l’obscénité des mots crachés et, par la même, pour donner de l’espoir, l’envie d’entreprendre, d’aller toucher les étoiles quelque soit sa couleur, quelque soit son sexe.

Maya Angelou s’essaye à la vie, s’y accroche, dans ce récit qui contient une dose infinie d’amour, d’humour, faisant fi des idées moralisatrices et des outrages de l’époque. Moderne, elle ose et nous donne à swinguer dans ce Rassemblez-vous en mon nom.

Maya embrasse la petite Marguerite Johnson qu’elle fut pour devenir cette fine observatrice de cette société américaine clivante. Elle est l’enfant d’une génération qui leva son poing pour faire accepter son existence et combattre ce qui devait l’être. Rassemblez-vous en mon nom est un récit à prendre contre soi pour entretenir le feu de l’incomparable Maya Angelou.

Coup au ❤️ flamboyant.

Fanny.

Rassemblez-vous en mon nom, Maya Angelou, Notabilia, 166 p. , 18€.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s