Même s’il se lit comme un roman, il n’en est pas un. Ce texte est le résultat d’entretiens durant lesquels trois femmes se sont confiées de façon très intimes à l’autrice.

Trois femmes qui s’expriment sans tabou, affirmant leur désir, leurs blessures, leurs certitudes mais aussi souvent leurs doutes concernant une sexualité qu’elles doivent subir, cacher ou savoir revendiquer. Maggie, Lina et Sloane ont des parcours tous différents mais partagent le fait d’être sous l’emprise d’un ou de plusieurs hommes.

Lisa Taddeo le dit bien dans son introduction, elle nous propose une vision tronquée des choses, on est uniquement du côté de femmes qui ont besoin de raconter leur vérité et qui osent le faire. Le pendant masculin reste à distance et c’est bien pour cela qu’on prend autant de plaisir à cette lecture : la voix de ces trois femmes, sans censure, en toute transparence est infiniment rare et précieuse.

En tant que libraire, je vais le placer entre de nombreuses mains, autant pour sa portée féministe que pour la délicatesse qui habite ses pages où tout est dit mais rien ne choque.

Traduit de l’américain par Luc Dutour.

Aurélie.

Trois femmes, Lisa Taddeo, éditions Lattès, 408 p. , 22€90.

Publicité