Le Silence d Isra, Etaf Rum (Editions de l Observatoire) – Aurélie

Début des années 90. Isra est une jeune femme palestinienne à qui on cherche activement un mari. Quelle chance : c’est des États-Unis que vient son fiancé, une toute nouvelle vie s’offre à elle dans ce pays où elle espère pouvoir expérimenter les mots « choix » et « liberté ». Mais sa mère l’avait mise en garde : le sort d’une femme musulmane reste le même, qu’elle vive en Orient ou en Occident…

Fin des années 2000 à Brooklyn, Farida, la belle-mère d’Isra, cherche à son tour à trouver un bon prétendant pour sa petite-fille lycéenne Deya. Celle-ci a d’autres aspirations qu’on lui refuse catégoriquement : pas question que sa grand-mère lui permette de faire des études, la place d’une femme est au service de son mari à la maison.

Deya ne sait que faire, son habitude d’obéir à sa famille et à ses traditions est trop forte mais elle garde un souvenir amer de la tristesse perpétuelle de sa mère dans son rôle de maîtresse de maison avant qu’elle disparaisse à l’orée de ses 7 ans…

Un jour une « Américaine » lui laisse un message énigmatique : la retrouver dans une librairie à Manhattan pour qu’elle lui fasse des révélations importantes.

Au moment où Deya est en plein doute, les réponses aux questions qu’elle se pose sur le passé de sa famille pourraient bien faire basculer son destin.

Ce livre a une puissance romanesque exceptionnelle. La forme chorale nous permet de découvrir le point de vue de chaque génération de femmes de la famille en nous faisant réaliser que chacune a de bonnes raisons pour agir comme elle le fait, selon sa propre histoire et son attachement aux coutumes et à la religion. Bien sûr, la question de l’émancipation est au coeur du texte et ce qui est formidable c’est la place qu’occupent le livre et la lecture dans cette quête. Quand la violence des hommes, la solitude, le poids d’un quotidien harassant se font insupportables, lire est le seul refuge pour ces femmes qui aspirent à une autre vie.

Gros gros coup de coeur pour moi, vous l’aurez compris ! Ce roman est paru le 8 janvier aux éditions de L’Observatoire dans la traduction de l’anglais (États-Unis) de Diniz Galhos.

Aurélie.

Le silence d’Isra, Etaf Rum, éditions de l’Observatoire, 430 p. , 22€.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s