Croc Fendu, Tanya Tagaq (Christian Bourgois) – Fanny

C’est une énergie ce livre , c’est une danse animiste, c’est une vérité Inuit, c’est la réponse d’une aurore boréale, c’est le chant déchirant d’une jeune fille à son monde.

Tanya Tagaq est une artiste née en 1975 à Ikaluktutiak, dans le Nunavut. Elle chante, invoque, peint, photographie. « Croc fendu » est sa première empreinte littéraire… et quelle empreinte!
Traduit par Sophie Voillot, ce roman est une sculpture des sens du Grand Nord. Par le toucher, la voix, le son, Tanya Tagaq te tend son Croc fendu ; soit tu acceptes ce partage qui t’emporte sur un sentier onirique, soit tu restes sur ton bloc de glace.
J’ai pris son sentier, emportée par son flot.
C’est celui d’une jeune fille Inuit à la toute fin des années 70. Une période sûrement pas choisie à la légère, celle du fracassement de générations brisées donnant naissance à de puissant(e)s survivant(e)s.
Tagaq leur dédicace son ouvrage: « Aux femmes et aux filles autochtones disparues ou assassinées, ainsi qu’aux survivants des pensionnats. »

Notre jeune fille te raconte son histoire dans son village, au sein de ces maisons où résonnent les éclats de voix, où se cachent les renards, où la musique country est trop forte, les lieux trop enfumés, où la vaisselle se brise, où la chair a mal. Elle, cette jeune fille au regard si profondément sombre, te raconte sa jeunesse mêlée aux éléments mythologiques du peuple Inuit.

Un texte construit avec des phrases courtes, comme des uppercuts dans ton cœur. Des poèmes qui t’électrisent, et ces moments qui égrènent son quotidien: les abus, les rires, l’arrogance, la lutte, les quelques drogues comme jeu récréatif et les aurores boréales pour contacter le monde des Ancêtres.

Croc fendu (que l’on peut aussi trouver en disque vinyle uniquement sous le titre original Split tooth, texte en anglais et inuktitut), accompagné des illustrations noir et blanc de Jaime Hernandez, est l’échappée d’une jeune fille dont le monde accorde les créatures de l’eau et du ciel à celle des ombres hideuses venues violer, la vision des animaux sauvages lui parlant d’amour et de destruction, les nuits sans fin s’accouplant pour enfanter du soleil éternel.

Ce livre est à la fois sensuel et angoissant. J’ai été transportée, littéralement, dans cette odyssée intime qui parle aux tripes, vous dit la beauté de l’homme animal et l’effet destructif des abus sexuels sur une vie.
Croc fendu n’est pas tendre, il n’est pas là pour ça.
Il m’a donné le frisson, a provoqué des images, c’est une expérience en soi pour qui ouvre son âme à l’inconnu, accepte d’approcher une autre réalité, de celle qui subjugue.

Avec son héroïne qui est une part de son adolescence, Tanya Tagaq te fait voyager entre un monde qui se situe bien loin des clichés du Grand Nord et un « animisme punk », celui d’une éperdue qui cherche sa voix.
C’est beau, intense et terriblement actuel.

Coup de croc dans le ❤️

Fanny.

Croc Fendu, Tanya Tagaq, éditions Bourgois, 206 p. , 20€.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s