Dans l’ombre du brasier, Hervé Le Corre (Rivages / Noir) – Seb

« La terre est hérissée de troncs d’arbres déchiquetés, de souches renversées aux racines nues. Monstrueux labour. Odeurs mêlées de bois, de poudre, de chair pourrie. Relents de bataille. Parfois, des brancards d’attelages plantés dans le sol, des essieux disloqués sur l’échine d’un cheval mort. Tout à l’heure ils ont tressailli en voyant un bras dressé sur le talus, bizarrement tenu entre les rayons d’une roue brisée, sa grande main aux doigts crispés. Grosse araignée brandie vers le ciel. »

Mai 1871. Semaine sanglante de La Commune. Tandis que l’étau des armées d’Adolphe Thiers se resserre sur Paris, Antoine Roques, relieur de profession, élu commissaire à la sûreté par un comité de la Commune, se met sur la piste d’un individu qui enlève des femmes dans la ville. Il n’est pas du métier et il possède peu de moyens. Aidé par Loubet, un flic de carrière, il se lance à la recherche d’une jeune femme en particulier dont une amie a été témoin de l’enlèvement. C’est sa seule piste. De son côté, Nicolas Bellec, soldat dans les rangs de la Garde nationale cherche son amoureuse mystérieusement disparue, Caroline. Tiraillé entre le désir ardent de faire son devoir pour La Commune et sa grande inquiétude pour sa moitié, il va vivre les derniers jours de l’insurrection dans la confusion la plus totale, entre fraternité et angoisse, liberté et terreur.

Hervé Le Corre a le chic pour développer des récits dans des anfractuosité de l’Histoire. Dans l’ombre du brasier est un pavé de presque 500 pages, à ce titre il aurait mérité une place d’honneur dans une des barricades de La Commune. Une place de choix parce que ce livre tutoie l’excellence d’un chapitre à un autre.

Dès le début, j’ai été pris. Comme un rat. J’ai été appâté par l’odeur de qualité, surtout que j’y avais déjà goûté précédemment, et puis le piège s’est refermé, comme les lignards de Thiers et Mac Mahon ont englouti un rêve de deux mois.

Je reste songeur quant au travail de documentation et de recherche réalisé par l’auteur. Ça foisonne, et le champ lexical utilisé confère un méchant réalisme au récit qui relève encore le niveau du roman. En effet, sans cesse, on croise des brule-gueules, charriots, lampes au phosphore, pièce de 12 ou de 8, des lignards, des lampes à pétrole et des baïonnettes, il s’agit de barricades, de bec à gaz et de tavernes, de fiacres et d’omnibus, de fanal, de bouffardes. Les expressions fusent du passé, comme Dame !, enfant de salaud ou enfant de putain. Les bourgeois parlent de la populace avec dédain, et les communards surnomment les Versaillais les fusilleurs.

En quelques pages je me suis retrouvé là-bas, au temps de La Commune, j’ai parcouru les boulevards entravés de barricades, j’ai foulé des rues édentées orphelines de leurs pavés, j’ai bu du petit vin frais dans des tavernes baignées de pénombre où les comptoirs n’étaient que des planches posées sur des tonneaux obèses. Mais surtout, j’ai humé cette atmosphère particulière, celle qui est attachée à un moment charnière de l’Histoire, qui palpite dans le corps d’un évènement considérable. J’ai senti cet espoir phénoménal qui a couru pendant plus de deux mois les rues de Paris, je l’ai vu dans les yeux des personnages, j’ai reniflé à pleins poumons ce parfum délicieux de liberté, la vraie, celle qui macère dans l’égalité, la fraternité non feinte, avec à l’horizon, le vaste champ fleuri des possibles. J’ai dans les yeux, calé au fond des rétines, ces ciels de mai balafrés de couleurs ocres, de déclinaisons somptueuses, des teintes schizophrènes sans rapport avec la canonnade et la menace mortelle qui poussait derrière les fortifications. J’ai éprouvé sur mes épaules, ce poids incommensurable de l’ordre bourgeois qui fourbissait ses armes et sa revanche du côté de Versailles, j’ai oscillé sans cesse entre l’insouciance du printemps doux qui semblait porter cette Grande Idée et l’oppression qui piquait parfois le cœur ; cette épée de Damoclès, cette menace latente qui bivouaquait en dehors des murs de la cité et qui était répandue par le vent soyeux qui s’aventurait sans peur dans Paris réinventé.

Ce livre est une grande scène de bravoure. Les séquences époustouflantes sont légion, il y a des cadrages dignes du cinéma. Ces immeubles décapités qui s’effondrent sous les obus et s’étalent en tas de gravas sur la rue, dans un enchevêtrement de poutres, de mobilier broyé, de porcelaine presque anachronique dans ce décor pulvérulent, cette frénésie des habitants, des combattants, la verve aux barricades et un pâté de maison plus loin, la douce torpeur d’un estaminet de fortune où coule le vin blanc dans les gorges de communards exténués et débraillés.

« Les tirs cessent. Ce n’est pas le silence, qui leur succède, non. Les crânes sont pleins de sifflements, de bourdonnements. Les visages sont encore crispés, presque grimaçants, les yeux mi-clos, les têtes rentrées dans les épaules. Hommes-tortues sans carapace. »

Tout le long de ce grand roman, parce que c’est un très grand moment de littérature, j’ai eu cette impression de schizophrénie. D’un côté l’admonestation absolue de se battre, le feu partout sur les fortifications et les Portes de Paris, l’effervescence commandée par l’urgence pour édifier des barricades, des combattants fourbus qui courent aux quatre coins de la ville pour parer au plus pressé et au plus grave et de l’autre, la douceur de la vie de guinguette, les troquets pleins, les chants, la musique, tous ces gens qui perçoivent l’arrivée du Grand Orage et de ses démons mais qui veulent profiter de cette parenthèse merveilleuse, être heureux et libres pour la première fois, vivre cela au moins un peu avant que la nuit ne revienne les engloutir.

Hervé Le Corre réussit une performance. Sans ennuyer, sans asséner, il restitue l’ambiance dichotomique de La Commune. Il ne donne pas dans le manichéisme, et même si on se doute de son penchant, il ne prend pas vraiment parti, il décrit et c’est bien plus efficace. Ainsi, il nous peint La Commune qui meurt victime de son inexpérience militaire, pour ne pas dire incompétence. Par ce biais-là, on éprouve un sentiment de beau gâchis, parce que si les troupes fédérées avaient été commandées par des hommes du métier de la guerre, ça aurait été une autre histoire. Mais on a l’impression que la priorité des penseurs de La Commune était d’établir des règles sociales nouvelles, même sous le grondement du canon Versaillais. Sous la plume de l’auteur, le comité central est une entité absente, une sorte d’autorité dépouillée de sa force, qui parle, parle, édicte, discoure, tergiverse, ne semble pas saisir l’urgence et perd un temps précieux. Les rares officiers qui ont une formation militaire (Dombrowski, Rossel, La Cécilia) font ce qu’ils peuvent mais ne sont pas écoutés. En face, soixante mille lignards aguerris entament l’assaut final qui durera une semaine, la Semaine sanglante. Les mêmes qui ont été battus par les prussiens toujours aux portes de Paris, commandés par le perdant de Sedan, Mac Mahon.

Et nos personnages se débattent dans ce tourbillon de l’Histoire, prêts d’être engloutis, frôlant la mort, esquivant, s’accrochant à un idéal, l’espoir d’une vie meilleure, d’autres poussés par une volonté stupéfiante de rachat et de rédemption, cette rédemption qui torture les hommes et qui ne trouve pas de meilleur terrain de jeu que celui de la guerre. Il y a ceux aussi, qui sont saisis par le désespoir et qui se jettent coûte que coûte dans la bataille et laissent le hasard d’une balle décider de la suite.

Quel bouquin ! tout s’effondre autour et une poignée d’individus tirent des bouts pour accomplir une mission, réussir un exploit personnel, restaurer son honneur, conserver un peu d’espoir, envisager une autre vie, survivre, c’est selon. 

Dans l’ombre du brasier c’est l’histoire de quelques gens dressés dans un monde à peine né et déjà en train de mourir. Des personnes que frôlent les balles, qu’éclaboussent les obus, des individus autant ensevelis par la terre retournée des explosions que par leurs regrets, leurs espoirs trop lourds à tirer ou une souffrance incommensurable ; les élans de leur cœur trop douloureux, ce poids brûlant des amitiés fraternelles qui fleurissent aux barricades, le tout noyé et brassé dans l’immense confusion de la déroute, la dérive de la joie et du bonheur que la guerre civile emporte pour toujours, peut-être.

Hervé Le Corre raconte avec brio et sobriété l’âme humaine dans son jus et sur son terrain de prédilection, celui où les règles s’abolissent, où ne subsiste que l’honneur et une poignée d’autres qualités et défauts qui font les grands récits et les grandes émotions. Grâce à lui, nous croisons la petitesse et la grandeur, parfois à quelques minutes d’intervalle, la bravoure et la couardise, les héros et les traîtres, parfois main dans la main parce que la guerre permet ce genre d’alliance morganatique. Dans l’ombre du brasier c’est la main tendue là où on ne l’attend pas, c’est le presque bon derrière la défroque du salaud, c’est la danse des opportunistes et des retourneurs de redingotes, de ceux qui n’ont rien et qui donnent malgré tout, de ceux qui n’ont rien et qui trahissent pour avoir un peu. De ceux qui qui sont poussés par une force en eux et qui le regrettent presque. Ce roman c’est toute la contradiction humaine au grand jour, et il faut croire qu’elle se distingue mieux entre les panaches de fumée, dans les trous d’obus, derrière les tas de pavés qui barrent les rues, sous les pansements sales, dans les accolades, dans les appartements vides et silencieux qui attendent le retour de leurs propriétaires, au coin des bars de fortune et dans le sillage des bataillons fédérés qui se délitent, derrière les portes des appartements à louer où patientent les logeurs, mais aussi dans les visages altruistes et ceux, veules, des serpents qui survivent quelque soit le régime au pouvoir.

Le monde entier s’est retrouvé à Paris pendant les dix jours de la fin mai 1871.

Ceci est un grand roman, par les personnages, par les fondations solides et par l’écriture superbe qui scelle le tout avec grâce. Je me prends à rêver d’un film à présent, parce que c’en est déjà presque un, et je me dis qu’un gars comme Albert Dupontel pourrait rééditer le coup de Au revoir là-haut. Mais ça, c’est déjà une autre histoire.

« Ce qu’on a essayé de faire, ça servira de modèle et ce qu’on a raté ça servira de leçon. »

Nicolas Bellec, sergent au 105ème bataillon de la Garde nationale parlant avec son ami Le Rouge.

Dans l’ombre du brasier, Hervé Le Corre, Rivages / Noir, 491 p.;, 22.50€.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s