Quatorze crocs, Martín Solares (Bourgois) – Aurélie

Wahouuuuu ! Ça c’est une sacrée découverte !

Pierre Le Noir, membre de la Brigade nocturne de Paris, va enquêter en 1927 sur la mort mystérieuse d’un homme vidé de son sang et ayant pour seuls stigmates 14 traces de crocs dans le cou.

Les fantômes et autres créatures fantastiques font irruption dans le récit dès les 1ers instants de l’enquête et l’auteur n’hésite pas à mêler à cette folle intrigue des personnages éminents (et vraiment déroutants;)) de la vie intellectuelle parisienne de l’époque : Breton, Dali, Tzara… mais surtout Desnos et Man Ray.

Notre pauvre enquêteur, bien démuni face à l’art moderne et au surréalisme va pouvoir faire confiance à ses mystérieux dons jusque-là largement inexploités et à la plus belle femme de Paris, alliée littéralement tombée du ciel, guide essentielle dans un milieu aussi rocambolesque qu’effrayant.

C’est ainsi que Martín Solares nous propose le plus naturellement du monde le roman le plus décalé et délicieux que j’aie lu depuis longtemps.

Nous devons la pétillante traduction de ce roman de l’espagnol (Mexique) à Christilla Vasserot.

Aurélie.

Quatorze crocs, Martín Solares, Christian Bourgois, 185 p., 18€.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s